2015 : La crise bancaire peut reprendre à tout moment en Europe

Home / Communiqués europe / 2015 : La crise bancaire peut reprendre à tout moment en Europe

2015 : La crise bancaire peut reprendre à tout moment en Europe

Communiqué de Presse de Bernard Monot, Stratégiste économique du Front National et Député français au Parlement européen

Tel le tonneau des Danaïdes, la Banque Centrale européenne va venir encore à la rescousse du système bancaire en difficulté à travers des injections répétées de liquidités monétaires (2000 Mds € entre 2012 et 2015) et des prêts massifs, alors que les Etats-membres et leurs économies réelles ne bénéficient jamais de son soutien, bien au contraire.
L’Union européenne a recapitalisé les banques du Sud de l’Europe à l’insu de la majorité des citoyens européens, mais avec leur argent. Malgré cela, la première banque privée portugaise cotée en bourse, « Banco Espirito Santo », et ses holdings sont proches de la faillite. Le Crédit Agricole détient malheureusement 15% de cette banque et risque d’enregistrer de nouvelles pertes financières, si la faillite se réalise.

Comme le Front National l’avait annoncé en 2008, la crise bancaire peut s’enflammer à tout moment en Europe. Les dirigeants français incompétents et soumis au modèle fédéraliste de Bruxelles, ne comprennent pas que les banques privées ne peuvent pas aller bien tant que l’économie réelle est déprimée et que la France ne possède pas sa monnaie et sa politique monétaire nationale, tout comme les grandes puissances économiques mondiales (UK, USA, Japon, Chine,..).
Le risque d’insolvabilité financière des banques privées en zone euro est croissant et bien réel. D’ailleurs, la nouvelle législation bancaire de l’Europe de Bruxelles, dite « d’Union Bancaire », adoptée en 2014, imposera à terme aux clients, via la BCE, la confiscation de leurs dépôts et de leurs épargnes, certes plafonnées, dans le but de renflouer le capital de leur propre banque en faillite. Cette procédure ultralibérale de sauvetage bancaire (le « bail-in » ou Mécanisme Unique de Résolution), a déjà été expérimentée en avril 2013, dans un des 18 pays de la zone euro : Chypre.

Aussi, pour parer tout risque en France et garantir la sécurité financière de tous nos compatriotes contre une euthanasie financière, le Front National s’oppose totalement à la résolution de la future crise bancaire par cette méthode totalitaire du « bail-in », promue par la troïka (Commission Européenne, FMI, BCE).
A l’inverse, le programme pragmatique de « patriotisme économique » du Front National, prévoit notamment une régulation nationale de ses banques privées en difficulté, grâce à la seule solution fiable et douce, la scission effective entre les banques de dépôts/prêts et les banques d’affaires (spéculatives), afin de réparer les méfaits de la loi bancaire scélérate 84-46 du 24 janvier 1984, instaurée par le socialiste Jacques Delors.

Recent Posts
Contactez nous

N'hésitez pas à nous envoyer un courriel pour toute demande d'information ou de contact.

Merci de saisir votre recherche. Utilisez la touche Entrée pour valider.

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus
Share On Linkdin
Share On Youtube