Intervention de Bernard Monot aux Assises présidentielles

Home / A la une / Intervention de Bernard Monot aux Assises présidentielles

Intervention de Bernard Monot aux Assises présidentielles

SOUTENIR LES ENTREPRISES EN PRIVILÉGIANT L’ÉCONOMIE RÉELLE

(Lyon, 4 février 2017)

Nous subissons depuis 30 ans, un modèle économique « mondialisé » de la finance sans frontière, de l’exploitation de la pauvreté et de la ruine des nations dans l’Union Européenne.

Le bilan des mondialistes et européistes est désastreux :

Croissance économique quasi nulle, désindustrialisation continue, chômage réel galopant, déficits publics abyssaux, surendettement de l’état- des organismes sociaux et des collectivités locales , hausse record des impôts, taxes et prélèvements sociaux et pour couronner le tout …l’immigration économique massive !

Les euro-mondialistes ont tellement honte de leur patrie qu’ils veulent l’effacement de la France. Ils en viennent même à supprimer le nom France dans les enseignes des grandes entreprises :

Il n’y a plus de France télecom, Gaz de France, Framatome, etc.…

Maintenant pour faire plus chic… c’est Orange, Engie et autres Areva…

Demain à qui le tour ? EDF ou Air France ?

Face au mondialisme et sa loi de la jungle, il y a une autre politique, celle du patriotisme économique.

Marine a choisi ce modèle de patriotisme économique depuis bien longtemps. Theresa May au Royaume-Uni et Donald Trump aux Etats-Unis aujourd’hui lui emboîtent le pas.

Car le vrai clivage politique est entre les mondialistes et les patriotes.

Il y a l’économie financiarisée et mondialiste des jumeaux Fillon et Macron et puis il y a l’économie réelle qui vit au travers de l’immense majorité des entreprises françaises.

La relance de la croissance économique, nous le savons, viendra des PME :

3 millions de Très Petites Entreprises (TPE)
– 138 000 PME
– 5000 Entreprises à Taille Intermédiaires
– et 240 grandes entreprises

Les mesures de soutien de l’Etat stratège que nous voulons restaurer seront doubles :« Macro économique » et « Micro-économique ».

« Macro économique » c’est à dire la création d’un environnement global favorable au développement des secteurs d’activités et d’autre part des mesures de « Micro-économie » touchant directement la vie des entreprises.

 

  1. A) Deux mesures majeures de Macro-économie

1) Tout d’abord, une stratégie de réindustrialisation,

L’industrie joue un rôle essentiel dans une économie car c’est elle qui génère la majorité des exportations et qui supporte en partie l’effort d’innovation (R&D). On estime ainsi qu’un emploi industriel génère de 3 à 4 emplois hors industrie.

La France n’est pas condamnée à la fatalité de la désindustrialisation. Certains entrepreneurs déçus commencent à relocaliser leurs usines étrangères. Ils réalisent trois effets négatifs :

  1. Les marges économiques ont été surestimées avec des frais annexes importants comme les coûts d’implantation, de transport, de contrôle, de traduction.
  2. La baisse de la qualité de production lié à la MO sous qualifiée
  3. Le pillage de leur savoir-faire technique.

L’Etat-stratège favorisera ce mouvement de relocalisation par un plan de ré-industralisation haut de gamme, en partenariat avec nos industriels, via un Fonds d’investissement stratégique.

Les deux axes de développement privilégiés du plan de ré-industrialisation sont en un, la consolidation des branches et filières actuelles (Automobile, Aéronautique / Aérospatial

Armements, Agro-alimentaire, Energies, la chimie, etc..) et en 2 la création de branches et de filières d’avenir comme un pole numérique public, la nanoélectronique, la cybersécurité, les Objets Connectés, les supercalculateurs, les véhicule électrique autonome, etc..)

Soutenir l’économie réelle contre la finance spéculative, en contrôlant les investissements étrangers pour empêcher que nos champions nationaux se fassent racheter par les Etats Unis, la Chine ou le Qatar, je pense ^par ex. à ALSTOM.

Ceci nous permettra d’exporter plus chez nos partenaires commerciaux et d’importer moins des pays à bas-coût de production.

Plus d’activité, moins de chômage.

Et en plus des recettes fiscales pour l’Etat et des cotisations pour notre système de protection sociale.

L’expérience le prouve, une nation sans usine est une nation sans emploi !

 

2) Ensuite une stratégie d’indépendance financière,

En plus de notre politique monétaire, il est nécessaire d’assainir nos finances pour stabiliser notre dette et être moins dépendant des marchés financiers.

Il s’agira de baisser les mauvaises dépenses publiques :

– Le coût social de l’immigration, 8,5 Md€/ an,

– Notre contribution nette au budget de l’Union Européenne, (8 Md€/an),

– La lutte contre les fraudes fiscale et sociale (18 Md€),

– La facture du sauvetage de l’euro qui nous a déjà coûté 12 Md€/an.

Ces économies, parmi d’autres, démontrent qu’il existe des marges pour remettre en ordre nos finances et mettre en oeuvre notre politique de patriotisme économique.

Ces deux axes de Macro-économie, réindustrialisation et indépendance financière, visent à irriguer à nouveau l’économie réelle et donc les entreprises.

 

  1. B) Pour les mesures de Micro-économie,

L’Etat stratège aura pour mission principale d’être le partenaire des PME et de les soulager d’une bureaucratie dévorante

Pour la défense et la libération de l’entreprise, nous devons nous atteler à 2 grands chantiers :

 

1) Premièrement, simplification et allègement

  1. Alléger la complexité administrative et fiscale pesant sur les TPE-PME :

– guichet unique dédié (social, fiscal et administratif),

– généralisation du « titre emploi service entreprise » aux TPE,

– remplacement du compte pénibilité, inapplicable dans sa forme actuelle, par un nouveau dispositif reposant sur une évaluation médicale personnalisée. La pénibilité constatée sera compensée par une majoration des annuités de retraite.

Ensuite,

  1. Nous abaisserons les charges sociales des TPE-PME ETI de façon significative, en fusionnant l’ensemble des dispositifs d’allègement y compris le CICE, le Crédit d’ Impôt pour la Compétitivité et l’Emploi . Bien sûr, cet allègement de charges sera conditionné au maintien de l’emploi.

(Ex de Vivarte qui a profité en 2016 de 44 millions d’euros d’aides dans le cadre du CICE, sans aucune contrepartie.)

Il faut également,

3 . Maintenir le dispositif à taux réduit à 15% de l’impôt sur les sociétés pour les TPE et créer un taux intermédiaire à 24% pour les PME. Fluidifier la transmission d’entreprises en accordant l’exonération totale des plus-values de cession des actions et parts sociales des PME-PMI au bout de sept ans.

 

2) Deuxiémement, des mesures pour le financement des entreprises

Afin de remettre les banques au service de l’économie réelle :

  1. 5. Libérer l’accès au crédit pour les petites entreprises, grâce à des taux préférentiels, sous la supervision de la Banque de France.

Et également,

  1. Il faudra diviser par deux le taux maximum d’intérêts des emprunts et des découverts (ce qu’on appelle le taux d’usure), pour les entreprises et les ménages.

Autre mesure ,

  1. Pour la lutte contre les retards de paiement, l’État et les collectivités territoriales doivent honorer leurs engagements en respectant la trésorerie de leurs prestataires, TPE-PME, ETI . Il sera imposé à l’État et aux collectivités territoriales le respect de ces délais en appliquant des pénalités réellement impératives et automatiques.

Enfin,

-8. C’est sur l’innovation et l’excellence que nous devons construire la valeur ajoutée française de demain. Pour ce faire nous allons recentrer le Crédit Impôt Recherche, le CIR, sur les PME et les start-ups, qui doivent maintenant être prioritaires car ce mécanisme a déjà beaucoup servi aux grandes entreprises.

2% de l’épargne assurance-vie, un peu trop paresseusement investie dans la dette de l’Etat, sera fléchée vers le capital-risque et les entreprises innovantes, également soutenues par l’investissement des grandes firmes.

Il n’est plus acceptable, par exemple, qu’un groupe comme Whirlpool déplace son usine d’Amiens en Pologne -hors zone euro- après avoir bénéficié de deux millions de Crédit Impôt Recherche.

 

Voilà chers amis les remèdes pour ce beau projet de redressement national que nos détracteurs anti-France dénigrent du haut de leurs échecs himalayens.

Ce cocktail des principales mesures économiques permettra aux entreprises de redevenir compétitives. Cette compétitivité recréera de la richesse nationale. La création de richesse entrepreneuriale, c’est la condition de l’amélioration du pouvoir d’achat de tous les Français.

L’ère du mondialisme est terminée…la période des ultralibéraux, Fillon/Macron marionnettes de Bruxelles,…est finie.

Avec le grand retour des nations, le patriotisme économique est partout dans le monde, une idée NEUVE et POSITIVE.

Grâce au patriotisme économique et à Marine Présidente, la France sera de nouveau une grande puissance mondiale.

Alors, avec toutes nos entreprises et nos entrepreneurs :

Soyons fier de produire et d’acheter français !!

 

 

Recent Posts
Contactez nous

N'hésitez pas à nous envoyer un courriel pour toute demande d'information ou de contact.

Merci de saisir votre recherche. Utilisez la touche Entrée pour valider.

Share On Facebook
Share On Twitter
Share On Google Plus
Share On Linkdin
Share On Youtube